Tim Ferris vous fait une promesse, celle de multiplier vos revenus tout en réduisant votre temps de travail à seulement 4 heures par semaine.

Le temps est votre bien le plus précieux

Déjà, posez-vous les questions suivantes, qui sont fondamentales dans la vie de tout un chacun :

– Quelle est votre définition de la réussite ?

– Pour qui et pourquoi travaillez-vous ?

– Comment voudriez-vous occuper vos journées ?

– Quelle utilité accordez-vous à l’argent ? Comment voudriez-vous le dépenser ?

Actuellement, la majorité des personnes partagent les mêmes fausses croyances :

– Il est normal de travailler 8 à 12 heures par jour.

– On ne peut pas échapper à l’ennui dans notre vie quotidienne.

– Faire un travail inintéressant pour vivre est impératif.

De même, pour beaucoup de personnes, la richesse évoque la possession de nombreux biens ou l’accumulation d’argent sur son compte en banque.

De nos jours, un nouveau groupe de personnes rejette ces croyances et cette définition de la richesse. Tim Ferris les nomme les nouveaux bienheureux. En règle générale, nous essayons de gagner assez d’argent pour pouvoir réaliser nos rêves lors de notre retraite, mais cela nous conduit à faire des sacrifices pendant notre vie active et nous rend malheureux, au nom d’un idéal lointain par ailleurs surestimé.

Les nouveaux bienheureux, quant à eux, n’attendent pas pour réaliser leurs rêves et adhèrent à une philosophie bien différente :

– Au lieu de travailler pour pouvoir vivre, ils font en sorte que d’autres travaillent pour eux.

– Ils font ce qui les passionne et s’aménagent des périodes de mini retraite tout au long de leur vie, plutôt que de chercher à prendre leur retraite plus tôt.

– Ils s’achètent des expériences plutôt que des biens (tour du monde avec leurs enfants, explorer la forêt amazonienne ou les fonds marins, apprendre à danser ou devenir chef cuisiner…).

– Ils ne veulent pas être le patron, mais le propriétaire.

– Ils sont minimalistes : ils veulent posséder moins mais des choses de plus grande qualité.

Pour être un de ces nouveaux bienheureux, il n’est pas nécessaire d’être riches, c’est avant tout un état d’esprit. Un nouveau bienheureux comprend avant tout une chose : l’argent permet d’acheter du temps.

Pour les nouveaux bienheureux, être riche n’est pas qu’une somme sur un compte en banque. A leurs yeux, un banquier qui travaille 80 heures par semaine pour gagner 500 000 € par an, n’a pas autant réussi que quelqu’un qui travaille 20 heures par semaine et qui gagne 40 000 € par an, car il a perdu sa liberté. Il a beau avoir beaucoup d’argent, il ne peut pas vraiment en profiter et il n’a plus de temps libre pour lui et sa famille.

 

Travailler moins n’est pas paresse lorsque le travail en question n’a aucun sens et que vous le remplacez par des choses qui comptent réellement pour vous. Malheureusement, notre culture tend à récompenser le sacrifice personnel plutôt que la productivité individuelle.

 

Au contraire, le nouveau bienheureux choisi ce qu’il fait, quand il le fait, où il le fait et avec qui il le fait. Le temps et la mobilité sont au cœur de sa philosophie. Pour Tim Ferris, la capacité de choisir est ce qui définit la liberté et représente la vraie richesse.

Réaliser vos rêves ne coûte pas si cher

Certaines expériences nous font rêver mais nous semblent inaccessibles. Pourtant, nous avons tendance à surestimer leur coût. Par exemple, pour un tour du monde en voilier pendant 15 mois vous devrez débourser environ 20 000 euros, ce qui n’est pas très cher, surtout si cela vous évite d’avoir à payer un loyer.

Les gens ne veulent pas être millionnaires, ils veulent faire l’expérience de ce qu’ils pensent que seuls des millions peuvent acheter. 

 

Aussi commencez par lister tous vos rêves. Pour cela, posez-vous les 2 questions suivantes :

– Que feriez-vous si vous aviez la certitude de ne pas échouer ?

– Qu’est-ce qui vous motiverait suffisamment pour vous lever chaque matin de bonne humeur ?

Ensuite, vous devez déterminer le prix que coûtent ces rêves. Certains ne vous coûterons peut-être rien. Ils doivent impérativement être réalisables à moyen terme (dans les 6-12 prochains mois). Par exemple, si vous rêvez de conduire une Ferrari, au lieu d’en acheter une, vous pouvez simplement la louer, comptez environ 2 000 euros par mois.

Puis, additionnez les sommes dont vous avez besoin pour accomplir chacun de vos rêves. Lissez le montant total sur plusieurs mois ou plusieurs années jusqu’à ce que vous atteigniez un revenu mensuel, c’est votre revenu cible. Comme vous pouvez le constater, il n’est pas indispensable d’être millionnaire pour réaliser vos rêves.

Quant aux charges fixes, elles diminuent fortement lorsque vous devenez nomades. Si vous habitez dans une grande ville pour être proche de votre travail, regardez tout simplement ce que vous coûtent votre logement et votre nourriture. Maintenant, imaginez que vous vous êtes établi dans un pays où le coût de la vie est faible et où il fait toujours beau. Vos charges ne vous coûteraient alors plus grand-chose.

Par conséquent, ce qui vous freine, ce n’est pas le fait de manquer d’argent, mais bien le manque de mobilité, qui est lié à votre travail puisque ce dernier vous impose de nombreuses contraintes : vous devez être présent sur votre lieu de travail, presque tous les jours et à des horaires fixes.

De plus, si vous changez de mode de vie, vous pourrez vendre vos biens devenus inutiles : logement, meubles, voitures…

Avec ce changement de paradigme, vous devriez vous apercevoir que vos rêves sont à portée de main.

Bravez les règles établies, tout ce qui est populaire est faux

Si vous agissez comme tout le monde, alors vous aurez une vie banale. Soyez libre et n’ayez pas peur de vous affranchir de ces règles limitantes.

Par exemple, Tim Ferris, dans son ancien travail, devait faire de la prospection par téléphone. Alors que ses collègues appelaient aux heures habituelles, il a fait preuve d’imagination et appelait aux heures où les secrétaires ne travaillaient plus ou pas encore (tôt le matin ou tard le soir), ce qui lui permettait d’avoir plus souvent leurs patrons au téléphone.

Ainsi, il travaillait moins tout en obtenant davantage de résultats, simplement parce qu’il a refusé d’obéir aveuglement à une règle absurde. L’auteur cite ensuite 10 règles, qui rejettent le consensus :

– La retraite est une assurance contre le pire. S’ennuyer au travail et attendre la retraite pour faire ce qui nous plait est aberrant, le pire étant que la plupart des gens voient leur niveau de vie baisser à la retraite et connaissent des difficultés financières.

Si au contraire vous vous assurez un bon train de vie à la retraite, cela nécessite de travailler énormément et d’être ambitieux et alors, une semaine après votre retraite, vous vous remettrez à travailler, tellement vous vous ennuyez. La retraite devrait être vue comme un bonus, un capital à utiliser s’il vous arrive quelque chose de grave ou pour mettre du beurre dans les épinards.

– Arrêtez de prendre des vacances. Il est indispensable d’alterner les périodes d’activité et de repos, puisque votre énergie, tant physique que morale, décroit progressivement. Mais dépendre du bon vouloir de ses supérieurs concernant ses vacances et leurs dates n’est pas recevable.

Vous devez au contraire organiser des mini-retraites tout au long de votre vie : établissez-vous où vous le souhaitez et restez-y autant de temps que nécessaire. Ce ne sont plus des vacances mais un véritable mode de vie.

– Ne vous agitez pas dans le vide. Trop souvent, les gens font des choses simplement pour se donner bonne conscience, pour se dire qu’ils ont fait quelque chose de leur journée. Mais il ne sert à rien de se fatiguer à travailler si derrière il n’y a pas de résultats. Ne soyez pas occupé, soyez productif. Efforcez-vous de faire ce qui est nécessaire sans gaspiller votre énergie et votre temps.

– Ne remettez pas les choses au lendemain. Nous avons tendance à repousser au maximum les décisions importantes. La vérité, c’est que ce ne sera jamais le bon moment pour réaliser vos rêves, quitter votre emploi… Si vous attendez un alignement des planètes pour passer à l’action, vous ne ferez jamais rien et aurez des regrets.

 

Les conditions ne sont jamais parfaites. « Un jour » est une maladie qui emportera vos rêves dans votre tombe. 

 

– Demandez pardon plutôt que la permission. Souvent, les personnes sont conservatrices et rejettent des choses qu’elles accepteraient face au fait accompli. Donc assumez vos positions et lancez-vous, quitte à vous excuser si vous échouez.

– Concentrez-vous sur vos forces et pas sur vos faiblesses. La plupart d’entre nous sommes doués dans quelques activités et mauvais concernant tout le reste. Si vous progressez dans ce sur quoi vous êtes mauvais, vous deviendrez au mieux moyen. Au contraire, améliorer vos points forts est beaucoup plus pertinent, vous serez au-dessus de la moyenne tout en faisant une activité qui vous plaît davantage.

Ne soyez pas excessif. Faire trop d’une chose qui vous plaît peut vous en dégoûter, ainsi le mode de vie prôné par ce livre n’est pas le fait d’être en vacance toute l’année mais d’avoir plus de temps libre et de le mettre à profit de manière utile.

– Plus d’argent n’est pas la solution à tout. Le manque d’argent est trop souvent un prétexte pour ne pas passer à l’action.

– La réussite ne dépend pas que du salaire. Il ne sert à rien de gagner beaucoup d’argent si c’est pour être prisonnier de son travail.

– Le stress peut être positif. Lorsqu’il nous pousse à nous dépasser, à sortir de notre zone de confort, à prendre des risques, il se transforme en pression positive, en excitation.

Échappez à la paralysie

Si nous devions choisir entre l’insatisfaction et l’incertitude, dans la majorité des cas se serait l’insatisfaction qui l’emporterait.

Tim Ferris se prend en exemple. En effet, il souhaitait voyager en Europe mais, au lieu de faire ses préparatifs, il s’est évertué pendant plusieurs mois à trouver tout un tas de raison pour ne pas faire ce voyage. Ironiquement, il nous raconte que se fut la période où il fut le plus productif de toute sa vie.

Cependant, il a fini par se demander quelle était la pire chose qui puisse lui arriver. Or, en y réfléchissant, il s’est rendu compte non seulement qu’il n’y avait pas grand-chose à craindre, mais aussi que pour chaque problème qu’il pourrait rencontrer il existait des solutions évidentes à mettre en œuvre.

Au final, il est donc bel et bien allé en Europe et ce fut, selon lui, la meilleure décision qu’il ait jamais prise. Donc n’hésitez pas à analyser vos peurs et prenez des risques mesurés.

 

Ce que nous avons le plus peur de faire est généralement ce que nous avons le plus besoin de faire.

 

Optimisez votre temps de travail en appliquant les lois de Pareto et de Parkinson

Bourrer son emploi du temps jusqu’à ne plus avoir une seconde de libre est une erreur. Comme nous l’avons vu, s’occuper n’est souvent qu’une manière de repousser les tâches difficiles et désagréables mais indispensables qui s’imposent à nous. C’est la manière la plus subtile de procrastiner : prendre du temps pour bien faire une tâche inutile ne la rend pas plus utile pour autant.

 

Être débordé est souvent tout aussi stérile que de ne rien faire, et c’est beaucoup plus désagréable. Concentrez-vous sur les quelques éléments importants et laissez tomber le reste.

 

Pour optimiser et organiser de manière plus efficace votre façon de travailler, l’auteur nous parle de 2 célèbres lois :

La loi de Pareto. Cette loi stipule que 80% des résultats sont produits par seulement 20% des efforts. Évidemment, le ratio n’est pas toujours exactement de 1/5 – 4/5.

En ayant cette loi en tête, Tim Ferris s’est posé les deux questions suivantes :

– Quels sont les 20% qui lui causent 80% de ses problèmes ?

– Quels sont les 20% qui lui amènent 80% de son bonheur ?

Appliquez cette loi et vous économiserez beaucoup de temps en vous débarrassant des 80% de vos clients les plus pénibles et les moins rentables. Ensuite vous pourrez mettre ce temps à profit pour vous concentrer sur les 20% restants et augmenter significativement vos revenus.

De plus, cette loi ne s’applique pas qu’à votre business mais concerne aussi votre entourage, vos sentiments…

La loi de Parkinson. Cette seconde loi stipule que vous ne travaillerez non pas le temps nécessaire pour accomplir une tâche, mais bien le temps que vous vous accordez pour la réaliser. Par exemple, si vous vous donnez 2 heures pour accomplir une tâche qui n’en demande qu’une, et bien vous passerez bel et bien 2 heures dessus et non pas une.

Pour ne pas subir les effets pervers de la loi de Parkinson, il est important de vous imposer, à vous et à vos équipes, des dates limites.

Combinez ces 2 lois, la loi de Pareto et la loi de Parkinson, en assignant des dates limites aux tâches les plus efficaces, et vous boosterez votre productivité.

Arrêtez de perdre du temps

Tim Ferris recommande de se détourner du bruit ambiant en faisant une diète d’information. Lui-même ne regarde jamais le journal télévisé, ne lit pas les journaux…

 

L’information est inutile si elle n’est pas appliquée à quelque chose d’important ou si vous allez l’oublier avant de pouvoir l’appliquer. 

 

En effet, prêter attention au tourbillon médiatique représente une perte de temps immense, pour des informations qui ne vous apporterons rien et que vous oublierez rapidement, d’autant plus que les informations réellement importantes vous parviendront tout de même grâce à votre entourage.

Autre chose, mettez un terme à tout ce qui ne vous plaît pas ou qui ne marche pas (film ennuyeux…). Rien ne sert de persister, il y a tant à faire.

 

Pouvoir arrêter de faire des choses qui ne fonctionnement pas fait partie intégrante du succès. 

 

Enfin, traitez les tâches en groupe. Le plus dur est de se mettre au travail. Une fois la machine lancée, traitez les tâches unes à unes sans vous arrêter.

Résistez aux interruptions

Une règle de base en productivité est de faire les choses une à une. Vos principaux ennemis sont donc les interruptions, qui vous empêchent d’achever votre tâche en un coup et vous font perdre un temps précieux (le temps d’arriver à se remettre pleinement dans son travail).

Voici une liste de techniques que vous pouvez mettre en place pour vous prévenir des interruptions :

– Coupez les notifications en général et surtout celles qui vous alertent dès que vous recevez un mail.

– Ne vérifiez vos mails que 2 fois par jour, à midi et à 16 heures. Passez même à une fois par jour si vous le pouvez.

– Ne donnez que 2 numéros de téléphone pour vous joindre. Celui de votre téléphone de bureau, que vous laisserez en mode silencieux et répondeur, et celui de votre smartphone qui sera utilisé pour les appels urgents.

– Apprenez à dire non.

– Réduisez le plus possible les réunions, qui représentent une immense perte de temps.

Externalisez pour vous simplifier la vie : travaillez moins et gagnez plus

Pour ne plus être prisonnier de votre travail, l’externalisation est un élément clé. À l’heure de la mondialisation et d’internet, il est extrêmement simple de déléguer, vous trouverez grâce à un certain nombre de plateformes (Upwork, Trysk Sunday, YourManInIndia, At Your Service, Expats-Welcome, WellDone) des personnes ravies de faire le travail que vous ne voulez plus faire.

Bien sûr, cela vous coûtera de l’argent, mais vous ne devez pas réfléchir de cette manière. Prenons un exemple. Si votre temps de travail vaut 25 euros de l’heure, et que vous faites quelque chose que quelqu’un payé 15 € de l’heure pourrait faire à votre place, alors il est avantageux pour vous de déléguer.

L’externalisation est aussi possible pour les employés ! Peut-être avez-vous peur que votre patron refuse mais, pour Tim Ferris, tant que les tâches que vous déléguez ne sont pas sensibles, il n’est même pas nécessaire de le lui dire.

Vous n’êtes pas obligé de vous cantonner aux tâches professionnelles. En effet, des tâches plus quotidiennes (cuisiner, envoyer des fleurs, trouver une place de parking…) peuvent être sous-traitables à des entreprises spécialisées.

Cependant, gare à ne pas déléguer n’importe comment. Il y a quelques règles à respecter :

– Avant de déléguer, pensez à éliminer et automatiser ce qui est possible. C’est un gaspillage de déléguer ce genre de tâches.

– La tâche déléguée doit prendre du temps et être précisément définie (priorités, dates butoir) sinon elle risque de laisser votre assistant dans le flou et d’être mal faite.

Privilégiez les sociétés aux individus seuls. Un employé peut vous faire défaut, pas une société. Parmi les sociétés, choisissez-en des reconnues pour ne pas vous faire avoir !

– N’oubliez pas le décalage horaire, surtout si vous embauchez quelqu’un à l’autre bout du monde !

Autre avantage à déléguer : vous développerez des compétences en management à force de communiquer et gérer à distance vos activités. Et puis, on travaille mieux à plusieurs que tout seul.

Enfin, beaucoup d’entrepreneurs considèrent leur entreprise comme leur bébé et ne veulent pas déléguer ou ont peur que le travail soit mal fait. Ne tombez pas dans ce piège ! De toute façon, si votre business est un succès, vous n’aurez pas le choix, les journées ne comptent que 24 heures et vous ne pourrez pas tout faire tout seul.

Automatisez vos revenus

L’objectif du nouveau bienheureux n’est pas de diriger une entreprise mais bien de la posséder et de vous libérer du temps libre. Pour cela, vous devez mettre en place une source automatisée de revenus.

La première étape est d’identifier un marché et des clients. Dans l’idéal, vous devez bien connaître ce marché, le mieux étant d’en faire partie.

De plus, il est préférable de commencer par une niche (un marché restreint d’au moins 15 000 personnes dans lequel vous pourrez être le premier à innover). Ensuite, créez un produit pour vos utilisateurs. Attention à faire les choses dans le bon ordre, vous devez créer le produit que vos prospects veulent et non pas le produit que vous voulez. Tirez parti de vos passions et de votre expertise pour le créer. Il doit avoir plusieurs caractéristiques :

– Coûter moins de 500 euros à tester.

– Être automatisable en moins de 4 semaines.

– Ne pas nécessiter plus d’un jour de gestion par semaine.

– Dépendre de peu d’intermédiaires.

– Avoir une marge importante.

Les produits les plus intéressant sont évidemment les produits numériques, puisqu’avec ceux-ci vous n’aurez ni fabrication, ni stockage, ni distribution. Tim Ferris conseille de vendre à des tarifs élevés pour avoir des marges élevées, une image haut de gamme et pour se débarrasser des clients les plus casse-pied.

De plus, vous devez disposer d’une FAQ complète et pertinente qui répondra à votre place aux questions les plus fréquentes de vos clients.

Vendez votre produit avant même de l’avoir créé

Il est extrêmement difficile de cerner les attentes exactes de vos clients. Ne faîtes surtout pas confiance à votre intuition. Si l’intuition était une bonne conseillère, c’est simple, tout le monde serait riche.

Vous devez tester votre produit, même si vos clients se déclarent prêts à l’acheter. En effet, les gens ne veulent pas vous brusquer et ils vous diront toujours qu’ils sont intéressés par votre produit jusqu’au moment où il faut sortir la carte bleue. Sortez de l’ornière et proposez à vos prospects d’acheter votre produit dans l’instant. Vous verrez ainsi si votre offre est pertinente ou non.

Pour cela, créez deux ou trois pages de vente, dont vous comparerez l’efficacité en terme de conversion grâce à l’outil Google Website Optimizer. Cette page de vente contiendra les caractéristiques du produit ainsi qu’un bouton acheter.

En cliquant sur ce bouton, votre prospect tombera sur une page lui demandant de renseigner ses coordonnées électroniques ou postales. Une fois cette étape achevée, renvoyez-le sur une page où est écrit « désolé, mais le produit que vous souhaitez n’est plus disponible, nous vous préviendrons dès qu’il le sera à nouveau ».

Vous pouvez également jouer franc-jeu et dire que vous attendez de voir si votre produit va plaire suffisamment pour le créer, auquel cas vous pouvez même faire un petit geste commercial pour vos premiers clients.

Pour faire tout cela, vous allez avoir besoin d’un site internet. En effet, ce dernier fonctionne 24 heures sur 24, informe vos clients et encaisse les paiements. Votre business sera donc toujours opérationnel même pendant votre sommeil, vos vacances…

Pour que celui-ci fonctionne correctement, voici quelques étapes à mettre en œuvre :

– Faîtes le héberger par un prestataire tel que 1and1 ou OVH.

– Utilisez un CMS tel que WordPress pour créer votre site si vous ne savez pas coder.

– Enregistrez votre nom de domaine.

– Surveillez les sites internet de vos concurrents possibles, cela vous aidera à vous positionner.

– Grossissez le trait pour que votre entreprise semble plus professionnelle et inspire donc davantage confiance, en multipliant les adresses mails par exemple (service client, direction financière, direction commerciale…) et les numéros de téléphone.

– Servez-vous de Google Adwords. Grâce à cet outil, et pour moins de 500 euros mensuels, vous pourrez avoir de 50 à 100 mots-clés qui vous aideront à acquérir du trafic via les moteurs de recherche.

– Surveillez les métriques en rapport avec votre site internet. Google Analytics en est la pierre angulaire. Vous connaîtrez ainsi le nombre de visiteurs, les pages les plus vues, le taux de rebond, le temps passé sur votre site…

– Vous pouvez vendre vos produits numériques via des sites tels que EJunkie ou Lulu.

– Faîtes simple. Connaissez-vous le paradoxe du choix ? Plus vos lecteurs auront de choix, plus ils hésiteront et moins ils passeront à l’action. Tim Ferris conseille d’appliquer le principe 80/20, en se restreignant à 2 options de produits et 2 possibilités de livraison (oubliez la livraison express en 24 heures, à moins que vous vouliez recevoir des centaines de messages de clients inquiets).

– Rédigez une FAQ efficace pour répondre à toutes les questions que pourraient se poser vos clients.

– Proposez une garantie totale satisfait ou remboursé de 30 à 60 jours, voire plus, cela mettra en confiance les clients qui hésitent et pourraient avoir un dernier blocage. Vous aurez donc plus de clients, augmenterez significativement vos ventes avec un taux de retour qui reste raisonnable (en général 2-3%). Au final, tout le monde est gagnant grâce à ce processus.

Dirigez votre entreprise en étant absent

La philosophie de Tim Ferris est de s’impliquer le moins possible dans la gestion de son entreprise. Il n’apparaît même pas dans son schéma de fonctionnement, se contentant des rapports logistiques fournis par ses prestataires une fois par semaine et de rapports plus détaillés chaque mois.

Pour arriver à ce résultat, il faut en passer par 3 phases graduelles :

– Première phase : vous vendez moins de 10 produits par semaine. Vous devez tout faire vous-même. Cela vous permettra de connaître comment les choses fonctionnent, de mieux comprendre vos clients ou encore de résoudre tous les petits problèmes qui se posent.

Ainsi, vous aurez une vue d’ensemble de votre métier et pourrez commencer à déléguer de manière efficace. Donc occupez-vous du service client, indiquez votre numéro de téléphone et votre mail sur votre site internet.

– Seconde phase : vous vendez entre 10 et 20 produits par semaine. Déjà, vous devez avoir une FAQ complète. Ensuite, il faut commencer à déléguer, cherchez sur les Pages Jaunes une entreprise à qui vous pourrez sous-traiter les tâches les plus ingrates comme la comptabilité.

Privilégiez les sociétés qui ne facturent ni frais d’ouverture ni minimums mensuels et assurez-vous d’être en capacité de payer un mois net. Ces conditions étant strictes, il sera plus simple pour vous si vous cherchez du côté des petites structures qui sont en manque de clients et qui sont donc moins susceptibles de les sélectionner.

– Troisième et dernière phase : vous vendez plus de 20 produits par semaine. À ce stade là, vous avez la trésorerie nécessaire pour vous payer les meilleurs prestataires qui feront votre travail.

Maintenant que vous avez atteint la phase 3, vous pouvez vous permettre de trier vos clients, en utilisant la règle 80/20. Segmentez-les et débarrassez-vous de ceux qui vous rapportent le moins et vous posent le plus de problèmes.

Pour que les clients à problème ne viennent pas chez vous, pratiquez des prix élevés, n’acceptez pas les paiements par chèques et n’offrez pas un produit gratuit pour attirer du monde.

Échappez-vous de votre travail

Le mode de vie cher aux nouveaux bienheureux n’est pas réservé aux entrepreneurs à succès, les salariés peuvent également accéder à la liberté géographique et échapper aux traditionnelles journées de travail abrutissantes. Il n’y a qu’à voir à quel point le télétravail séduit en ce moment. Mais il va falloir réussir à convaincre votre patron du bien fondé de votre démarche. Pour cela, il y a 2 choses à faire :

– Débrouillez-vous pour déplacer le rapport de force en votre faveur en vous rendant indispensable.

– Démontrez-lui tous les avantages qu’il pourrait en tirer, du fait de l’augmentation de votre productivité et de la qualité de votre travail, lorsque vous l’effectuez à distance.

Concernant le premier point, vous n’avez qu’à demander à votre entreprise de vous payer une formation de grande qualité, de 2 à 4 semaines, qui coûtera certes cher mais que vous devrez présenter comme un investissement. Une fois que vous aurez terminé cette formation, l’entreprise aura beaucoup plus de mal à vous laisser partir.

Pour le second point, vous devez procéder progressivement sinon vous prenez le risque d’effrayer votre patron. En premier lieu, portez-vous malade pendant quelques jours. Pendant ces jours où vous restez à la maison, continuez à travailler en utilisant les lois de Pareto, Parkinson et en prenant garde aux interruptions (vous en aurez moins chez vous qu’au bureau).

Si vous voulez avoir accès à votre ordinateur de bureau ou à des documents stockés sur les serveurs de votre entreprise depuis votre ordinateur personnel, utilisez les logiciels Teamviewer ou Crossloop.

Puis, quand vous revenez au travail, faîtes en sorte que votre patron remarque vos gains de productivité. Argumentez en déclarant que vous avez pris sur vous pour travailler quand même et que vous avez été surpris de voir que vous aviez bien mieux travaillé. Montrez-lui concrètement tout le travail supplémentaire que vous avez pu accomplir.

Ensuite, demandez-lui de travailler les lundis et mardis chez vous pendant 2 semaines. Faîtes valoir à votre supérieur qu’il pourra arrêter l’expérience dès qu’il le souhaite. Ne demandez que 2 jours au début, pas une semaine entière, et si votre patron vous les refuse, postulez pour un seul jour de télétravail.

Assurez-vous de rester facilement joignable grâce à Skype, Dropbox, GoToMyPC, SugarSync, Vonage, Rebtel, Mozy…

Dans le cas où votre supérieur refuse jusqu’à un jour, vous pouvez menacer de démissionner. Comme l’entreprise vous a offert une formation d’une bonne qualité, votre patron n’aura pas envie de se séparer de vous juste après.

Petit à petit, demandez plus de jours de télétravail jusqu’à en avoir 4. Enfin, pour franchir la dernière marche, faîtes part de votre souhait d’aller rendre visite votre famille à l’autre bout du pays, ce qui requiert de faire tout votre travail à distance. Ainsi, vous serez enfin libre de vos mouvements. Vous pourrez travailler où vous voulez et comme vous voulez.

Malheureusement, malgré tous vos efforts, certains patrons ne vous laisseront pas cette liberté. Si c’est le cas, n’hésitez pas à démissionner. C’est évidemment une décision difficile, mais vous n’allez pas continuer pendant plusieurs années voire décennies un travail qui ne vous convient pas. Demandez-vous ce que vous sacrifiez si vous continuer à vivre de la même façon pendant les prochaines années. À un moment donné, il faut savoir mettre un terme aux mauvaises décisions.

Quitter un travail n’est pas définitif, vous risquez de devoir vous serrer la ceinture pendant un certain temps mais cela peut, par exemple, être l’occasion de devenir minimaliste et de faire un point sur ce qui importe dans votre vie.

Devenez un nomade digital grâce aux mini-retraites

Si vous avez suivi tous les conseils de l’auteur, vous devriez à présent avoir beaucoup plus de temps libre. Maintenant, il s’agit de le mettre à profit !

Une mini-retraite ne correspond pas à des vacances, mêmes prolongées, ou à l’exploration d’un maximum de pays en un minimum de temps. Au lieu d’avoir 20 ou 30 ans de retraite à la fin de votre vie où vous ne pourrez plus faire beaucoup de choses, vous répartissez de petites retraites tout au long de votre vie.

C’est un art de vivre, lent, apaisé, qui correspond au fait de s’établir pendant plusieurs mois (1 à 6) dans un pays étranger afin de s’imprégner de la culture locale, des lieux, de l’histoire, et accessoirement, cela permet d’apprendre de nouvelles langues.

C’est un mode de vie nomade, être à l’étranger ne vous empêche absolument pas de travailler, à l’heure d’internet il vous suffit d’avoir accès à une connexion internet et un ordinateur.

De plus, ces mini-retraites ne sont pas réservées aux riches, d’autant plus que le coût de la vie est raisonnable dans les pays en voie de développement plébiscités des expatriés (Chine, Thaïlande, Philippines, tous les pays d’Amérique Latine…). Ainsi, pour environ 100 euros, vous pouvez survoler en avion privé et avec un guide les paysages magnifiques de la région de Mendoza en Argentine, et ce pendant 3 jours.

Si vous n’avez aucune idée de destination, renseignez-vous via internet et des sites tels que Gridskippers, Escape Artist, Outside Online, Verge Magazine ou encore Perpetual Travel. Vous y apprendre de nombreuses astuces par ailleurs.

Surtout, prenez le temps. Privilégiez la qualité à la quantité. Libérez-vous du stress et de l’énervement quotidien qui règnent dans le monde du travail actuel. C’est comme ça que vous apprendrez et que vous évoluerez. Vous devriez également vous connaître un peu mieux à l’issu de ces voyages.

Tim Ferris vous conseille de ne pas vous charger pour voyager. Gardez toujours un sac ultra léger sur vous, que vous pourrez conserver dans la cabine de l’avion. Vous éviterez ainsi beaucoup de petits ennuis, vous pourrez arriver à l’aéroport au dernier moment, vous n’aurez pas à attendre votre valise, à la transporter partout…

Munissez-vous des éléments suivants : un coupe-vent léger, une chemise à manches longues Coolibarc, un pantalon en polyester (sèche vite), une serviette en microfibre (prend peu de place), des chaussettes Under Armour, des sacs plastiques Ziploc pour mettre brosse à dent, dentifrice et rasoir, une carte biométrique Clear (pour embarquer plus vite), des sous-vêtements Exofficio (légers et confortables), deux shorts, deux maillots de bain, un masque et des bouchons d’oreilles (pour vous aider à vous endormir), des sandales Reef, un sac marin Kiva et un timer de cuisine (pour vous réveiller sans avoir besoin d’une batterie).

Pour le reste, achetez-le sur place.

Avant de partir, veillez à faire des procurations, vous faire vacciner, souscrire à des assurances internationales et scanner dans le cloud vos documents importants.

Donnez du sens à votre vie

On ne devient pas un nouveau bienheureux du jour au lendemain. La transition peut être un peu compliquée à gérer, ce qui est tout à fait normal.

En effet, votre vie sociale risque d’en pâtir puisque vos proches ne pourront ou ne voudront pas nécessairement vous suivre dans votre parcours.

Si vous êtes davantage seul, vous pourriez ressentir un vide et vous poser des questions existentielles comme « Que vais-je faire de ma vie ? ». Si ces questions ne peuvent déboucher sur des actions concrètes, passez à autre chose.

Surtout, ne retournez pas à votre vie passée simplement pour combler votre temps libre. Vous devriez vous débarrasser progressivement de vos vieux réflexes, et apprendre à savourer le moment présent.

Enfin, mettez plutôt ce temps libre à profit pour pratiquer une ou plusieurs activités qui font sens. Pour Tim Ferris, ce fut d’apprendre de nouvelles langues en voyageant, en pratiquant de nouveaux sports et en s’investissant en tant que bénévole dans des actions humanitaires.

Conclusion

Votre temps est ce que vous avez de plus précieux, alors ne le vendez pas pour de l’argent. Devenez un nomade digital, un nouveau bienheureux comme Tim Ferris, et libérez-vous des carcans et de l’aliénation de la société moderne. Travaillez de manière à vous réaliser grâce à l’appui des nouvelles technologies pour vous dégager du temps libre. Concrétisez vos rêves avant d’être à la retraite. Vous serez beaucoup plus heureux et utile de cette manière.

Si vous souhaitez lire ce livre dans son intégralité, sachez que vous pouvez le retrouver ici en français et ici en anglais (liens affiliés)

Si vous avez apprécié cet article, n’oubliez pas de le partager !

Articles similaires

Miracle Morning

Nous avons tous des buts dans la vie, qu’ils soient d’ordre sportif, professionnel ou encore financier. Malheureusement, entre le quotidien éprouvant et le bon moment

Lire la suite

Laisser un commentaire

Fermer le menu

Recevoir mon guide gratuit